Dimanche d’août

 

Un métrage, une image : Le Fanfaron (1962)

Il sorpasso commence comme Caro diario (1993), Rome nécropole, travelling avant de véhicule en mouvement. Si Moretti partait en pèlerinage auprès de Pasolini, Risi, covoituré avec Maccari & Scola, creuse la fosse, voire le ravin, du fameux miracle économique italien. L’étudiant Trintignant croise donc la (dé)route du grand adulescent Gassman, tandem de mecs modèle des mêmes (Parfum de femme, 1974 Le Fou de guerre, 1985). Assis à la place du mort, à côté du matamore, il finit dans le décor, ersatz en extase de Werther le suicidaire. Matrice apocryphe du Easy Rider (1969) du connaisseur Hopper, autre road movie masculin, encore moins serein, désenchanté, à succès ; satire sociale à base d’hédonisme, d’infantilisme, de cynisme, de racisme, de nostalgie du fascisme, de capitalisme assumé, de vide et de vulgarité, de petite bourgeoisie rurale et rassie, cheveux détachés, rattachés, d’un soupçon d’homophobie, de vitesse et d’ivresse, de puissance et d’impuissance, de danse et de contredanse, de timidité présente, passée, de solitudes à dépasser, au risque de trépasser, de problématique paternité, de jeunesse pourchassée, de gérontophilie pratique et pratiquée ; cartographie en direct, in situ et in vivo d’une civilisation des loisirs qui donne envie de vomir, de traverser ou davantage de semer sa « joie sinistre », tant l’étaie un totalitarisme complice, car elle carbure à la consommation, à l’acculturation, à la médiocrité en horizon, en situation(s), PPP opine, trépigne, le métrage souvent amusant, parfois émouvant, toujours élégant, roule à tombeau ouvert, multiplie vite les signes explicites, chair étrangère d’allemand cimetière, cadavre de macadam aux funérailles de frigidaires. Il s’agit ainsi d’un voyage de vacance(s) estivale, triviale, létale, d’un itinéraire solaire et funéraire, d’un aller simple pour le festif enfer, en écho à Pinocchio, ponctué de piques drolatiques adressées à Andreotti & Antonioni, Lollobrigida & Loren. On n’y voit l’invisible Valeria, on se contente de Catherine Spaak en bikini (et lunettes). Nietzsche fortiche en généalogie, de la morale et de la tragédie ? Risi, maestro de la tragi-comédie, de l’humoristique mélancolie, option psy, lecteur racé, élancé, lucide et ludique, de la dialectique délocalisée, motorisée, du dionysiaque et de l’apollinien, Mario & Bruno, alter ego de Candide & Méphisto, le valent bien. De manière douce-amère, l’opus picaresque répond à distance, à sa mesure, à vive allure, au constat cruel et crucial de La dolce vita (Fellini, 1960), autre fable infanticide, fresque de peste, tandis qu’à la Rome, ville ouverte (1945) de Rossellini succède celle-ci, déserte idem, de valeurs nocives envahie aussi, ruinée, enrichie. Logique et symbolique, la coda déboule en gueule de bois, rime à moitié magnanime à l’accident inclément du Salaire de la peur (Clouzot, 1953). En définitive, férié ou pas, le trépas nous attend tous au tournant, cabosse nos carrosses, enfonce l’enfance, massacre l’amitié, transforme fissa une parenthèse balèze en destinée délestée d’identité…          

Commentaires

  1. Ultime ironie à la Risi, après la chute vertigineuse de la voiture emblématique d'une époque en bout de course , comme l'apparition du signe de Caïn sur la joue de Bruno le sombre irresponsable...de la mort de ce frère en humanité, dont il avoue ne connaître que le prénom, Roberto...
    (IL GIOVEDÌ Robertino, https://www.cinematheque.fr/film/68248.html
    https://www.youtube.com/watch?v=k-b5hXuXYNg
    https://www.youtube.com/watch?v=enrQ-3naWaA)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.youtube.com/watch?v=lePWd9tG9CY
      https://lemiroirdesfantomes.blogspot.com/2014/07/le-grand-embouteillage-dark-country.html
      https://lemiroirdesfantomes.blogspot.com/2020/03/les-femmes-des-autres-miracle-milan.html

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La Fille du Sud : Éclat(s) de Jacqueline Pagnol

L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot : Le Trou noir

L’Insoumis : Annotations sur Alain Delon