Contes et légendes du peuple corse : L’Île mystérieuse


Géographie féminine, intérieure, d’une « patrie » problématique et d’un magnifique, authentique, morceau d’éternité…


Le cinéma corse n’existe pas, et pour cause (un salut au Sempre vivu ! de Robin Renucci, au Silence d’Orso Miret). En littérature, le désert (des Agriates) paraît moins désolant mais la production demeure confidentielle et s’exprime souvent en français. Fabienne Maestracci, comme sa consœur Marie Susini, pratique itou cette langue (commune, partagée, autrefois imposée dans son monopole « républicain ») mais l’agrémente d’idiomatismes assez goûteux (clin d’œil à son activité passée de restauratrice). La seconde partie du titre renseigne discrètement sur son « engagement » nationaliste (on laisse au lecteur l’épuisant loisir d’apprécier, ou pas, la notion-nation de « peuple corse »). Car ce copieux – 59 entrées, 508 pages – double recueil très délectable, doté dans son humilité revendiquée d’une vraie qualité littéraire, abouché à la source d’un imaginaire transfrontière (le fantastique et le merveilleux, les animaux parlants, l’épreuve en apprentissage existentiel), peut encore se lire en précis d’une « âme » (d’un « génie des lieux ») évidente et cependant insaisissable, puisque la Corse n’existe pas, puisque n’existent seulement que des Corses, dans leur multiplicité d’îles et d’insulaires. Au plaisir dédoublé du récit, de son écriture et de sa lecture, s’ajoute par conséquent celui d’une lucidité adulte, d’une capacité « naturelle » à saisir les contrastes d’un paysage et d’un visage particuliers, la psyché personnelle d’un esprit à nul autre comparable ni assimilable (pas de Brexit à l’horizon des aiguilles de Bavella).

Les fables orales, outre leur part « édifiante » d’enfance conservée à l’âge adulte, possèdent certes une valeur symbolique (la psychanalyse ne se priva guère de l’exploiter, dans le sillage d’un Bruno Bettelheim) ; elles permettent également, sous leurs atours colorés, exagérés, en apparence peu sérieux, d’atteindre une vérité refusée aux dérisoires sociologues, aux minables comptables du réel, aux imposteurs de toute sorte pourvus de « pignon sur rue » entendant classer, nommer, emprisonner l’incessante métamorphose du monde, au sein de cette « montagne dans la mer » et ailleurs. La sensualité des termes et des situations (parfois orientales, sans Shéhérazade) expose en filigrane impressionniste, dans l’éloquente brièveté des aventures, le miroitement incessant des élans, des tabous, des structures mentales, morales et locales d’un territoire culturellement marqué du sceau de la gravité souriante, de la violence tendre, de la poésie politique, de la communauté rassurante et asphyxiante. L’auteur arpente sans peur, avec ardeur, un pays de mort et de vie, de foi et de superstition, d’amour romantique, quasi médiéval, et de haine ancestrale, vivace, héritage maudit justement défini en « l’un des plus antiques fléaux des sociétés méditerranéennes ».

Tout y bruisse d’une belle présence de la nature dans ses allures de Protée, aussi calme qu’une plaine cultivable ou aussi déchaînée qu’un orage sur les hauteurs inhospitalières, tout y vibre des gestes et des accents (du cœur, de la phase) d’un « petit peuple » de crèche pagnolesque (le surnaturel et le stylet en plus), composé de curés, de bergers, de baronnets, de mages maléfiques, de demoiselles à la fois ménagères et muses. La mort peut surgir au tournant de la route (nocturne), au foyer pauvre, alors lestée d’un caractère lapidaire propre à une effective économie narrative (davantage Maupassant que Mérimée ou Flaubert), autant qu’au prix accordé par des locuteurs taciturnes au moindre de leur mot (précision et valorisation de la parole dans son acception duelle). Ici, on aime et on tue brutalement, incestueusement, chacun semblant connaître l’autre, les distances et les époques abolies par leur évidence même, fusionnées dans une terre à célébrer, à examiner sans complaisance, à quitter, in fine, pour faire fortune en Amérique ou ne plus subir la loi de la misère, du clanisme, de l’arrogance étatique. Durant son agréable et familière (universalité des particularismes) excursion, le lecteur, notamment originaire du « Continent », ne rencontrera aucun « terroriste » cagoulé ni n’entendra de polyphonie ecclésiastique ou profane (tant pis pour ce chant masculin qui peut s’avérer assez bouleversant). Il se nourrira toutefois de charcuteries, de romances et de vengeances, de trivialité populaire tissée à la spiritualité catholique.



Les nouvelles féeriques transmises par la famille ou les amis ne finissent pas toujours bien, comment pourrait-il en être autrement dans une littérature ne cherchant pas à consoler, à dépayser, à conforter (les clichés), et cependant l’exercice ne cède jamais au désespoir, à l’impuissance ou à l’auto-flagellation (maux hexagonaux), moins encore à la paresse d’une brochure touristique ou au maniérisme d’un tract indépendantiste. Fabienne Maestracci aime « son » île et l’évoque avec clarté, complicité, légitimité. Ses livres fraternels et mémoriels s’achèvent élégamment sur deux textes suprêmes et superbes, l’autobiographique, lyrique et suicidaire Conte d’hiver, le satirique, dramatique et diabolique Le Pacte du prêtre. Voici ce qu’elle écrit en préambule du premier : « À mon tour j’ai aimé raconter des histoires. Celles-ci peuvent faire rêver, frémir, comprendre aussi les hantises, les espoirs et même les valeurs d’un peuple. » Davantage que détente estivale, les Contes et légendes du peuple corse constitue ainsi une pertinente et inspirée introduction à la « corsitude », un poème en prose à sa beauté tragique et solaire, à sa noblesse impitoyable et coupable, à sa générosité altruiste quelquefois entachée par des discours « allogènes ».

La Corse, française ou non, pluvieuse ou ventée, dans sa solitude hautaine, hors-la-loi, mystique et métaphysique, dans ses allégeances, ses renaissances, ses difficiles conditions d’existence à réinventer, décor adorable et adoré de Pascal Paoli ou Petru Guelfucci (flanqué d’Antoine Ciosi, d’I Muvrini, de Giramundu, d’A Filetta, de Patrizia Gattaceca et désormais Joan Alasta), de Bastia à Ajaccio, de Corte à Sartène, de Calvi à Aléria, de Rogliano à Bonifacio, du Tavignano à la Castagniccia en passant par la Balagne, la Plaine orientale, le golfe de Porto ou les Sanguinaires (périple effectué/suggéré par votre serviteur), offre mille invitations et mystères à qui sait les recevoir, les percevoir et les respecter ; écrin fratricide soumis aux saignées de la Grande Guerre, pionnière à la Libération, rattrapée naguère par les conséquences collatérales des « événements d’Algérie », elle méritait bien une anthologie intemporelle de souvenirs vivants – conseillons-la « chaleureusement », à Rio selon les JO ou là où il vous plaira. 

                  

Commentaires

  1. Magnifique mise en bouche qui donne envie de lire les ouvrages au coin du feu par une belle nuit d'hiver claire, semis haletant de contes plein du mystère de la vie et de la mort d'étoiles inaccessibles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le plaisant Petru en bande-son à l'unisson :
      https://www.youtube.com/watch?v=sUnm5pePVk8

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La Fille du Sud : Éclat(s) de Jacqueline Pagnol

L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot : Le Trou noir

L’Insoumis : Annotations sur Alain Delon